Perspectives depuis le piquet : Compte-rendu des grèves des livreurs du 4 octobre 2018

Galerie


« La dernière grève du 4 octobre dans le secteur les plateformes de livraison a pris un caractère différent des précédentes grèves qui avaient eu lieu au Royaume-Uni et en Europe. Jusqu’ici, la plupart de ces grèves avaient surtout consisté en une « déconnexion », ou en grève sauvage, où les livreurs convergent ensuite vers un point central pour une manifestation ciblant une plateforme en particulier. Au Royaume-Uni, cela voulait dire refuser de travailler et organiser une manifestation devant le siège de Deliveroo ou d’Uber. Ces manifestations vibrantes et chaotiques démontraient une puissance collective des travailleurs, qui pouvait également s’exprimer dans des piquets de grève dans les restaurants avoisinants.

Pour la grève du 4 octobre, un appel à manifester devant les bureaux d’Uber avait initialement été lancé. Cependant, contrairement aux précédentes manifestations, la majorité des travailleurs en grève ont plutôt choisi de rester dans leur zone de livraison. Cela a d’abord donné l’impression que la grève n’avait pas réussi à proposer d’actions aussi puissantes et soutenues que par le passé. Cependant, l’absence d’un point de rassemblement central n’a pas empêché les travailleurs de s’organiser pendant cette journée, mais cette fois-ci de manière beaucoup plus dispersée. Les livreurs d’UberEats se sont retrouvés autour des McDonald de leur zone, ce qui a créé un point d’ancrage où les grévistes ont pu organiser les piquets. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, les livreurs en grève ont réussi à faire respecter les piquets dans ces McDo, tout en encourageant les autres livreurs à se joindre à eux, ont pu accroître la puissance de la grève. Dans cet article, nous avons rassemblé des comptes-rendus provenant de Londres et d’autres villes du Royaume-Uni. On distingue un changement tactique qui a permis d’étendre les actions en mobilisant de plus en plus de livreurs capables de s’impliquer activement dans le piquet et de s’organiser autour de leur lieu de travail. » Lire la suite

Publicités

Compte-rendu de la première semaine de mobilisation chez Deliveroo : Un rendez-vous manqué pour la direction ?

Galerie

« Avec un pré-rencart à 14h place de la République qui a réuni une cinquantaine de livreurs, un départ commun a été lancé à 15h vers la rue des petites écuries (Paris 10e) où se trouvent les locaux de Deliveroo. Une fois arrivé à l’intérieur du bâtiment, nous nous sommes vite retrouvés face à une porte close : nous avions oublié de prendre rendez-vous ! Fermé en plein après-midi d’un jour de semaine, nous ne saurons jamais si l’équipe du bureau s’était offert un weekend de trois jours en apprenant notre venue ou si elle s’est barricadée puis enfui par une porte dérobée en entendant notre arrivée. Malgré plusieurs appels de notre part, la direction ne nous a offert aucune possibilité de la rencontrer, ou ne serait-ce que de mener une discussion téléphonique, nous promettant de nous rappeler par la suite (promesse non réalisée contrairement à celle faite aux journalistes nous accompagnant). (…) »

Lire la suite

« Pas d’argent, pas de bouffe!  » : les travailleurs UberEats de Londres en grève

Galerie

La plus massive des grèves UberEats paralyse l’Est de Londres

« Hier, la plus grande grève UberEats a entamé sa deuxième journée d’actions. Presque deux ans après la grève d’août 2016 chez Deliveroo, qui a montré pour la première fois que des travailleurs des plates-formes de livraison alimentaires pouvaient s’organiser et se battre, les travailleurs de Londres ont de nouveau arrêté la machine.
(…)
Cette grève intervient dans un contexte plus large avec l’introduction en bourse d’Uber dès 2019. Dans la perspective de ce moment décisif, le PDG d’Uber Dara Khosrowshahi, a mis davantage l’accent sur UberEats. Ce dernier changement dans le système de tarification semble être une manœuvre visant à réduire les salaires et accroître la rentabilité de la plate-forme. Ce changement intervient au moment même où des rumeurs circulent selon lesquelles Uber serait en pourparlers pour racheter les parts européennes de Deliveroo. Ces derniers, évalués à plus de deux milliards de dollars, sont l’un des principaux concurrents d’UberEats au Royaume-Uni. Une fusion constituerait une concentration massive du capital et un pas important vers la constitution d’un monopole chez les plates-formes de livraison alimentaire. »

Lire la suite

Les livreurs de Glasgow en grève contre les baisses de salaire

Galerie

Retour sur la grève des livreurs Uber Eats à Glasgow pour lutter contre la baisse de leurs bonus. En quelques jours ils sont parvenus à déclencher une déconnexion massive qui a perturbé le service dans une zone très active de la ville. Suite à cela, Uber a restauré ces bonus et en a même instauré de nouveaux. Mais les livreurs organisés au sein de l’IWW Couriers Network ne comptent pas s’arrêter là et entendent profiter de ce nouveau rapport de force pour poursuivre l’amélioration de leurs conditions de travail.
Lire la suite

Deliveroo et la nouvelle tarification : que risquons-nous ?

Galerie

La phase de test de la nouvelle tarification Deliveroo est désormais finie. Toujours la même question pour les livreurs : Est-il plus avantageux de garder le tarif à la commande ou de passer « au km » ? Ce genre de choix ne peut pas se prendre à la légère et malheureusement, quelle que soit la décision, les livreurs semblent être les grands perdants de l’affaire.
Lire la suite

CAISSE DE SOUTIEN AUX LIVREURS « UBÉRISÉS » EN GRÈVE

Galerie

Cette galerie contient 2 photos.

Suite aux nombreuses dégradations de nos conditions de travail, toutes plateformes confondues, nous, travailleurs des plateformes de livraisons « ubérisées », décidons d’un mouvement de grève pour la semaine du 08 au 15 juillet 2018. Si nous sacrifions l’une des semaines les plus rentables de l’année (celle des derniers matchs de la Coupe du monde), c’est parce que l’on sait qu’il est devenu urgent de nous unir entre livreurs, afin de dépasser l’extrême individualisation qu’imposent nos conditions de travail, mais aussi de faire entendre nos revendications à l’ensemble de la population.

Pour toutes ces raisons, nous en appelons à la solidarité de tous les travailleurs de tous secteurs, aux étudiants, aux chômeurs, etc. sensibles à nos revendications de contribuer à la caisse de grève afin de nous permettre de renverser le rapport de force vis-à-vis des plateformes. La grève ayant un cout et du fait de la très grande précarité de notre statut nous ne serons évidemment pas payé pendant nos soirées de grève, c’est pourquoi nous mettons en place ce pot commun afin de pouvoir tenir le plus nombreux et le plus longtemps possible.

36607671_2105495652807340_2740368363833262080_n

Lire la suite