L’UBÉRISATION TUE ! TÉMOIGNAGE D’UN ANCIEN LIVREUR

Camille est un ancien livreur Uber Eat de Bordeaux, touché par la mort de Franck Page, il a écrit le texte qui suit sur son expérience de livraison à Bordeaux. Avec son autorisation nous le reproduisons.

Il y a 10 jours, le 17 janvier, un livreur Uber Eats est mort percuté par un camion à Pessac, en banlieue de Bordeaux. Il s’appelait Franck Page, il avait 18 ans, il était livreur en parallèle de ses études, sans doute pour financer celles-ci.

J’ai été livreur à Bordeaux pendant un an et demi pour Uber Eats et Deliveroo et j’ai décidé de témoigner de quelque chose qui m’est arrivé, car cela a un lien avec le décès de Franck, car je ne veux pas que ce genre de drame se produise à nouveau, car je veux exposer publiquement les méthodes de management d’Uber Eats, ces méthodes de management qui mettent en danger les livreurs, qui auraient pu me coûter la vie et qui ont tué Franck.

Comme dit plus haut, Franck est mort en périphérie de Bordeaux, à Pessac, plus précisément Avenue Antoine Becquerel, pas loin de l’entrée de la rocade bordelaise. Il s’agit d’une zone géographique peu praticable à vélo, avec beaucoup de camions qui circulent, une entrée de rocade, une zone industrielle, il y a peu de pistes cyclables dans le coin, bref, ce n’est pas une zone dans laquelle une entreprise de livraison de nourriture devrait envoyer des livreurs car livrer dans ce genre de zone, c’est se mettre en danger, et c’est d’ailleurs cela qui a coûté la vie à Franck car c’est bien en étant percuté par un camion qu’il est décédé.

Au cours de l’été dernier, en juillet si je me souviens bien, j’ai effectué de nombreuses livraisons pour Uber Eats. À deux reprises, j’ai refusé de livrer des commandes à Floirac car j’y étais déjà allé plusieurs fois à vélo et que, clairement, c’est beaucoup trop dangereux de rouler là bas. La zone n’est absolument pas prévue pour les cyclistes, surtout le soir quand il fait noir, livrer là bas à vélo, c’est risquer sa vie. À deux reprises, j’ai donc décidé de rendre la commande au restaurant et de leur dire que je ne voulais pas livrer là bas.
Quelques jours plus tard, mon compte Uber a été désactivé pour « soupçon de fraude ». Uber me soupçonnait d’avoir volé les commandes en question pour les manger. Je me suis donc rendu au bureau d’Uber pour leur demander de réactiver mon compte. Ils m’ont demandé de m’expliquer sur ces deux commandes, de leur dire pourquoi je ne les avais pas livré. Je leur ai donc dit que j’avais pris la décision de ne plus livrer dans la zone de Floirac car celle-ci est trop dangereuse. Ils m’ont répondu « oui mais tu comprends bien que si tous les livreurs refusent de livrer à Floirac, nous on perd de clients ». Ils m’ont en suite demandé de m’engager à ne plus le faire, condition à laquelle mon compte pourrait être réactivé, je me suis donc engagé. Par chance, je n’ai pas eu de nouvelle commande à livrer à Floirac.

Uber dit partout que leur priorité c’est la sécurité de leurs livreurs, mais quand les livreurs leur disent « on ne veut plus livrer dans cette zone, c’est trop dangereux » ils préfèrent sanctionner les livreurs plutôt que de supprimer la zone en question de leur secteur d’activité. Ils privilégient le fait de satisfaire leur clientèle à la sécurité de leurs livreurs, et c’est cela qui a coûté la vie à Franck. Ils savent quelles zones sont praticables et quelles zones ne le sont pas, mais pour attirer de nouveaux clients, ils préfèrent sacrifier des livreurs plutôt que de renoncer à s’étendre.

uber

Franck est mort à Pessac dans une zone difficilement praticable à vélo, et moi j’aurai pu mourrir à Floirac en ayant accepté une commande de peur de perdre mon emploi.

Aujourd’hui, alors que le drame s’est produit, alors qu’un livreur a perdu la vie, alors qu’Uber continue à faire de la communication en prétendant que ce qui compte c’est la sécurité de leurs livreurs, les clients de Floirac et Pessac peuvent toujours commander car Uber n’a pas désactivé ces zones car Uber s’en fout de Franck, de moi et de tous les autres livreurs.

Uber Eats, vous êtes des assassins.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s