Livraisons de sushis et nouveau mouvement social européen

[ Vu ailleurs ]

Des livreurs, militants syndicalistes, ont été invité par France Inter pour parler du renouveau des luttes sociales dans le secteur de la livraison à vélo dit « ubérisé ». Leur intervention est un éclairage important sur les logiques d’exploitation, le rapport de force et les enjeux des luttes qui se déroulent en ce moment :

https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/f849beab-13d9-4cb5-abb1-34ffccbfecbf

640_seul

Les étudiants européens sont confrontés à une augmentation de leurs frais de scolarité…

telle que beaucoup s’endettent pour assurer leur avenir. D’autres se lancent dans la livraison de repas à vélo via les plateformes, tout comme de jeunes gens qui pensent trouver là un travail qui leur donnerait de la liberté …

L’une des mesures du programme « Bienvenue en France » présenté par le gouvernement français en novembre augmente sérieusement les tarifs d’entrée à la fac pour les non européens. Le montant est passé de 170 euros à l’année à 2 770 euros. Étudier est devenu 16 fois plus cher, bienvenue en France ! En échange, le gouvernement a promis une augmentation du nombre de bourses d’État, elles passeront de 7000 à 15 000, ce qui est peu, pour les 300 000 étudiants étrangers qui font leur études en France. Des étudiants se sont récemment mobilisés pour protester contre cela. En Europe, suivant en cela le « modèle » des Etats-Unis, de plus en plus d’étudiants s’endettent auprès des banques pour financer leurs études.

Callum Cant a 24 ans et a participé aux manifestations contre la hausse des prix d’entrée à l’université chez lui en Angleterre dans les années 2013-2014. Il raconte la prise de conscience, les mouvements sociaux, l’occupation de l’Université, l’euphorie, la violence aussi pour se faire entendre. Après s’être retrouvé à devoir payer trois fois plus que ses aînés pour faire ses études, quand il a cherché un petit job pour les financer, il est devenu livreur pour la plateforme numérique de livraison de repas Deliveroo. Il a cru que devenir livreur, ça lui donnait beaucoup de libertés, il s’est rendu compte surtout qu’il avait très peu de droits et qu’il allait falloir se battre pour en obtenir. Il a commencé à organiser la défense en emmenant avec lui de nombreux autres livreurs.

Callum a écrit de nombreux articles sur cette transformation du travail rémunéré à la tâche comme au XIXe siècle, notamment pour le GuardianThe Independantson blog , son site, on peut aussi le suivre sur Twitter.

En Europe de nombreux étudiants ou jeunes travailleurs se lancent comme lui dans la livraison de repas à vélo… pédalant des soirées et des week-end entiers avec leur énorme caisse sur le dos. Un travail dangereux, éprouvant pour lequel la rémunération qu’ils retirent n’est pas à la hauteur de l’engagement physique qui est le leur.

Dans toute l’Europe les livreurs qui subissent cette « plateformisation » du travail essaient de s’organiser pour acquérir plus de droits en tant que travailleurs.

Ils essaient aussi d’unir leurs efforts et de se fédérer, ils se sont tous rencontrés pour la première fois en octobre 2018 à Bruxelles.

Clara Mogno a 29 ans, elle étudiait la philosophie politique à Padoue en Italie dans la région de la Vénitie, quand elle s’est mise à constater l’apparition de tous ces livreurs à vélo. Elle a décidé de devenir livreuse pour Deliveroo, Globo et d’autres plateformes afin de voir de près ce que cette réalité recouvrait. Elle écrit aujourd’hui des bandes dessinées sur le sujet. Elle a bien vite constaté qu’elle n’était pas du tout cette travailleuse indépendante qu’on lui avait fait miroiter mais qu’elle devait constamment obéir à des injonctions des plateformes et à leur surveillance constante via son smartphone. Elle a aussi théorisé la « gamification » du travail de livreur via les plateformes, du mot « game » comme jeu, une volonté des plateformes de faire apparaître le travail comme un jeu.

Jérôme Pimot a été pendant des années livreur à vélo pour les différentes plateformes présentes à Paris. Il est co-fondateur du Collectif des Livreurs Autonomes Parisiens (CLAP 75), une association de livreurs en lutte en France et qui fait comme il le dit « transpirer les plateformes ».

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s